Accueil ↩
<

Avenue des coccinelles


Transformation Conversion des combles en étage sous toit plat

°1950 • Logement • Commande privée (Particulier) • Non réalisé
En association avec D. Massart
Avant travaux

Avenue des coccinelles


Transformation Conversion des combles en étage sous toit plat

°1950 • Logement • Commande privée (Particulier) • Non réalisé
En association avec D. Massart


Contexte

La maison d'origine (1950) est un bâtiment à trois façades, qui s'implante en fin de rangée mitoyenne sur une parcelle triangulaire. La forme de cette parcelle, et les prescriptions urbanistiques, ont débouché à l'origine sur un plan irrégulier dont l'objectif était simplement de maximiser la taille de chaque pièce, lesquelles étaient sommairement juxtaposées les unes aux autres et reliées par un couloir.

Pour le nouvel étage, il n'a pas été jugé intéressant de dupliquer le plan actuel des rez-de-chaussée et premier, car à notre sens ce plan ne tire pas le meilleur parti du site ; il ne fallait pas moins tenir compte de la forme particulière et de la structure portante que ce plan avait instaurées.

Projet


La solution en plan pour le nouvel étage consiste à aménager des épaisseurs compensant les irrégularités de formes et à dérouler un long balcon, ouvert sur le jardin qu'il domine. Le grand living ainsi généré, profite pleinement des trois façades, offrant des vues à 180°.

L'ajout d'un étage de plan différent par-dessus les façades existantes rend en outre particulièrement sensible la question de leur prolongement : les façades existantes au rez-de-chaussée et au premier sont en fait la transposition directe des ouvertures centrées sur les pièces qui constituent ces étages. À cet égard les solutions ici préconisées en façade à rue varient selon la travée. Au niveau de la travée de gauche, qui ne comporte qu'une seule ouverture, centrée, l'ouverture est répliquée. Au niveau de la travée de droite, plus significative d'un point de vue urbain, qui marque par une saillie la fin de toute une rangée de maisons mitoyennes, il est proposé de traiter le nouvel étage comme un attique emprunté au registre de l'architecture classique.


© Julien Etienne 2019